AccueilPlantationsComment préparer le sol pour un marcottage réussi ?

Comment préparer le sol pour un marcottage réussi ?

Avec la multiplication des plantes par marcottage, vous pouvez obtenir un grand nombre de nouvelles pousses à partir de tiges. Cette technique consiste à encourager la formation de racines sur une branche ou une tige, tout en restant attachée à la plante mère jusqu’à ce qu’elle devienne indépendante. Pour réussir cette méthode, il est essentiel de bien préparer le sol et suivre quelques conseils pratiques.



Choisir l’emplacement idéal pour le marcottage



La première étape dans la préparation du sol pour un marcottage réussi commence par le choix de l’emplacement adéquat. Il faut tenir compte de plusieurs facteurs :




  • Le type de plante que vous souhaitez marcotter : certaines plantes préfèrent les zones ensoleillées, tandis que d’autres ont besoin d’ombre.

  • La composition du sol : selon la plante, certains types de sol sont plus adaptés comme par exemple les sols légers, drainants et frais pour les rhododendrons.

  • L’espace requis pour la croissance de la nouvelle pousse : il faut prendre en compte l’espace dont la jeune plante aura besoin pour se développer correctement.



Sol des terrains spécifiques



Toutefois, il existe différents types de terrains qui nécessitent une intervention particulière avant de procéder au marcottage :




  1. Sols secs : si votre sol est sec, vous devez l’arroser régulièrement quelques jours avant de débuter le marcottage afin d’améliorer sa qualité.

  2. Sols compacts : pour les terrains durs, un ameublissement à l’aide d’une fourche-bêche ou d’un motoculteur sera nécessaire pour faciliter la pénétration des racines dans le sol.

  3. Sols pauvres : utiliser un amendement organique (compost, fumier) pour enrichir le sol peut-être utile pour obtenir un résultat satisfaisant.

lire  Quel est le meilleur moment de l'année pour pratiquer le marcottage ?


Assurer une bonne préparation du sol



Une fois que vous avez choisi l’emplacement idéal, il est temps de préparer le sol proprement dit. Voici les étapes à suivre :




  • Biner et ameublir le sol : c’est une étape cruciale car elle permet d’éliminer toute trace d’herbe ou de mauvaises herbes qui pourraient nuire au développement des nouvelles pousses. Utilisez une bêche ou une fourche pour retourner la terre sur une profondeur d’environ 30 cm et ainsi aérer le sol pour favoriser la croissance correcte des racines.


  • Enrichir le sol avec du compost : pour assurer la réussite du marcottage, il est recommandé d’apporter de la matière organique sous forme de compost. Vous pouvez également ajouter un engrais spécifique selon le type de plante que vous souhaitez marcotter, cela aidera la nouvelle pousse à avoir une croissance rapide et vigoureuse.


  • Niveler le sol : il est important de bien niveler le sol pour faciliter l’enracinement des nouvelles pousses. Utilisez un râteau pour égaliser la surface du terrain et enlever les cailloux ou débris qui pourraient gêner la croissance des racines.



Vérifier le pH du sol



Un autre point à considérer lors de la préparation du sol pour le marcottage est le pH du sol. Le pH mesure l’acidité ou l’alcalinité du sol, et un équilibre approprié est crucial pour assurer la santé et la croissance des plantes. Il peut être nécessaire d’ajuster le pH en fonction des besoins spécifiques de la plante que vous souhaitez marcotter :




  • Les plantes acidophiles nécessitent un sol au pH acide (entre 4 et 5).

  • Les plantes calcicoles préfèrent un pH autour de 7, c’est-à-dire neutre à légèrement basique.

lire  Comment réussir le marcottage en serre ou sous climat contrôlé ?


Pour connaître le pH du sol, vous pouvez utiliser un testeur de pH disponible dans les magasins spécialisés. Ajustez-le si nécessaire avec des amendements appropriés tels que de la chaux (pour augmenter le pH) ou du soufre (pour réduire le pH).



Réaliser le marcottage



Maintenant, vous êtes prêt à commencer le marcottage ! Voici les étapes générales pour y procéder :




  1. Choisissez une tige saine et vigoureuse de la plante que vous souhaitez marcotter. Elle doit avoir au moins un an et être suffisamment longue pour toucher le sol.


  2. Éliminez les feuilles et les bourgeons situés sur la partie de la tige qui sera en contact avec le sol, afin d’éviter l’apparition de maladies ou champignons dans cette zone.


  3. Creusez un trou d’environ 10 cm de profondeur sous la tige à marcotter et placez-la dans le trou, tout en maintenant le bout à l’opposé du point d’ancrage. Vous pouvez maintenir cette extrémité hors du sol grâce à un support (tuteur).


  4. Recouvrez la base de la tige d’une fine couche de terre, puis ajoutez quelques centimètres supplémentaires de compost pour favoriser l’enracinement.


  5. Arrosez régulièrement la zone de marcottage pour assurer une bonne humidité du sol, sans toutefois saturer la terre d’eau.


  6. Ne retirez pas la nouvelle pousse de sa mère tant qu’elle n’a pas développé un système racinaire propre et suffisant pour être indépendante.



Maintenir les nouvelles pousses en pleine forme après le marcottage



Il peut prendre plusieurs semaines voire des mois pour obtenir des résultats positifs avec le marcottage. Pendant ce temps, il est crucial de surveiller l’apparence des nouvelles pousses et de les entretenir :

lire  Quels facteurs influencent le succès du marcottage ?




  • Arrosage : continuez à arroser régulièrement la zone de marcottage pour vérifier que le sol reste humide, mais veillez à éviter l’excès d’eau.


  • Contrôle des parasites : inspectez fréquemment les jeunes plantes pour détecter les signes d’infestation par des insectes nuisibles ou des maladies. Intervenez rapidement si vous repérez un problème, en utilisant un traitement approprié et respectueux de l’environnement.


  • Taille et soin : Il est possible que certaines branches nécessitent une taille afin de guider la croissance des jeunes pousses vers une meilleure forme ou structure.

melwynn

Top Infos

Coups de cœur